Home

SUD Etudiant/FSE : pour la justice sociale !

Aux politiques d’austérité, opposons le progrès social

Le 21 novembre prochain, vous serez invité-es à élire les représentant-es étudiant-es au Conseil d’Administration du CROUS de Paris pour les deux années à venir. La participation étudiante à ces élections reste très faible (4,34% de participation en 2010), et leurs enjeux politiques sont particulièrement flous pour la majorité des étudiant-es. Pourtant, derrière les CROUS, c’est toute la politique de l’État concernant les aides sociales étudiantes, le logement, la culture ou encore la restauration étudiante qui est en jeu. Et ce, d’autant plus que la situation sociale des étudiant-es en région parisienne est précaire. Salariat contraint pour la majorité d’entre nous, difficultés à se loger en région parisienne, insuffisance du système de bourse, autant d’éléments faisant partie de notre quotidien.

En cinq ans, la présidence de Nicolas Sarkozy a profondément aggravé la situation sociale des étudiant-es en s’attaquant à notre système d’aides sociales via un désengagement financier massif de l’État de l’enseignement supérieur. Aujourd’hui, l’arrivée d’une nouvelle majorité politique « de gauche » ne change pas la donne. La politique de rigueur du gouvernement Ayrault laisse des centaines de milliers d’étudiant-es dans la galère alors que la crise économique que nous connaissons rend plus difficile l’accès à l’enseignement supérieur. Face à cette situation, Sud Étudiant promeut une politique toute autre, permettant l’accès à un logement, à une restauration de qualité, à une autonomie financière pour toutes et tous les étudiant-es sans conditions de ressources.
Voter SUD Etudiant, c’est refuser toute concession aux politiques de rigueur !

Les conseils d’administration des CROUS : Un organe peu démocratique

Certaines listes te promettent des changements radicaux si elles sont élues. Et pourtant, pour certaines, elles siègent dans les CROUS et au niveau national au CNOUS depuis des années. En effet, dans les CA du CROUS même si tout-e-s les représentant-e-s des personnels et des étudiant-e-s se mettent d’accord ils sont quand même minoritaires face à l’administration qui vote en bloc avec le recteur qui lui-même applique les directives du gouvernement. Si nous ne pensons pas obtenir des avancées majeures par le biais des institutions nous pensons toutefois que siéger nous permet de défendre certains acquis des étudiant-e-s et surtout d’obtenir des informations sur les contre-réformes qui menacent et notamment les projets de restructuration du CROUS dans une logique libérale calquée sur la LRU et qui mettrait en péril le fragile équilibre financier des étudiant-e-s.

Se loger c’est un droit !

Aujourd’hui, seulement 160 000 chambres en cité U sont disponibles pour 2,2 millions d’étudiant-e-s sur toute la France. Alors que le plan Anciaux lancé en 2004 prévoyait sur dix ans la rénovation de 70 000 places et la création de 50 000 nouvelles places, le logement étudiant est actuellement basé quasi-exclusivement sur l’offre privée. Il faut dire que ce plan, déjà insuffisant, n’est pas appliqué. Huit ans plus tard seules 28 867 nouvelles places sont créées et 49 595 réhabilitées. Cette situation déplorable place les étudiant-e-s dans des situations de précarité et d’extrême dépendance vis-à-vis de leurs parents et implique de profondes inégalités entre étudiant-e-s. À Paris, les étudiant-e-s sont particulièrement confronté-e-s aux prix exorbitants pratiqués dans le parc privé. Nous revendiquons la fixation des loyers en résidence universitaire au niveau national au sein de l’université française afin d’assurer une égalité de traitement sur l’ensemble du territoire. Les prix des loyers doivent devenir marginaux dans le budget des étudiant-e-s. Nous luttons pour la construction massive de nouveaux logements pour tou-te-s (accessibles aux handicapé-e-s), la rénovation des cités U et l’agrandissement des chambres ainsi que la réintégration dans le domaine public des résidences universitaires privées et la réquisition des logements vides.

Aides sociales : où est le changement ?

La précarité étudiante qui s’était développée ces dernières années, se trouve actuellement renforcée par la crise économique et sociale. À l’instar d’autres services publics, le CROUS n’échappe pas à la logique de désengagement financier de l’État. Loin de pallier aux inégalités économiques entre étudiants le système de bourse mis en place par le CROUS ne fait que les sanctionner puisque 73 % des étudiants sont contraints au salariat, ce qui favorise ainsi leur échec universitaire. Aujourd’hui, seule une minorité d’étudiant-es a accès à une bourse : 28% (et seulement 22% sur critères sociaux), qui ne touchera pas plus de 460 euros pas mois pour l’échelon maximal. Cette somme est très insuffisante pour vivre en région parisienne si on compte les coûts de logement, de transports ou encore de restauration ! Malgré l’effet d’annonce provoqué par l’application de la promesse d’un 10ème mois de bourse, le nombre d’étudiants qui en sont bénéficiaires et leurs montants ne sont pas revus à la hausse par le gouvernement. Alors que celui-ci affirme vouloir faire de l’Enseignement supérieur et de la lutte contre la précarité des jeunes une de ses priorités, il décide de réduire les effectifs du personnel du Crous et effectue une baisse de 0,5% du nombre d’aides directes accordées aux étudiant-es.
Face aux concessions dérisoires accordées nous revendiquons :

– La gratuité des Frais d’inscription,
– La gratuité des transports
– L’augmentation en quantité et en montant des bourses sur critères sociaux
– L’élargissement des critères sociaux ainsi que l’accès aux bourses pour les étudiant-es étranger-es et en DAEU (diplôme d’accès aux études universitaires) ou capacité de droit.
– Le versement dans les temps et sur12 mois des bourses
À terme, nous militons pour un salaire socialisé pour tou-tes les étudiant-es équivalent au montant d’un Smic permettant à chacune d’étudier sans condition de ressources et hors de la tutelle familiale.

Manger ne doit plus être un luxe !

Comme l’ensemble des services publics, les CROUS et ses usagère-s pâtissent également du manque de moyens qu’entraîne le désengagement progressif de l’État. En ce qui concerne la restauration, cela s’est traduit ces dix dernières années par une baisse conséquente de la prise en charge par l’État du prix du ticket U. Pour les étudiant-e-s, cela a engendré une augmentation de 29% du prix d’un repas au restaurant universitaire : de 2,40€ en 2002, le coût d’un repas s’élève dorénavant à 3,10€. Loin d’être anodine, cette augmentation peut coûter jusqu’à plusieurs centaines d’euro à l’année et est d’autant plus grave qu’elle va de pair avec une augmentation générale du coût de la vie. Malgré sa logique d’austérité, l’État n’a toutefois pas rechigné à installer d’onéreuses machines Monéo dans la

plupart des CROUS rendant impossible l’utilisation d’argent liquide et nous contraignant à stocker un certain montant d’argent sur une carte qu’on ne peut pas utiliser dans la plupart des commerces. Ce refus de la part du gouvernement d’investir dignement dans les services de restauration universitaire se fait aussi au détriment d’un bon nombre de salarié-e-s, pour certain-e-s étudiante-s, qui enchaînent les vacations précaires sans aucun espoir de titularisation. Nous exigeons de l’État un réinvestissement massif dans les services de restauration universitaire et la titularisation de tou-te-s les travailleur-se-s qui travaillent en leur sein.

Le 21 novembre, votons pour la liste SUD-FSE : pour la justice sociale !

SUD Etudiant et la FSE sont deux syndicats de lutte engagés dans un processus de fusion qui aboutira en janvier 2013. Membres de l’union syndicale Solidaires, nous pratiquons un syndicalisme de lutte et sans compromis ancré dans une pratique interprofessionnelle. Nous rejetons toutes les formes de racisme et de sexisme et nous battons pour une université ouvertes à toutes et tous.
Nous contacter :

  • paris@sud-etudiant.org
  • sud.sciencespo@gmail.com
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s