Home

SciencesPo TV et la péniche ont décidé d’inviter Florian Phillipot au grand oral ce mardi 22 novembre. Notons également que cela intervient quelques jours après la diffusion d’un entretien fleuve avec Jean Marie Lepen diffusé par La Peniche et leur partenaire Trajectoires politiques. Nous, étudiant.e.s, ne pouvons que nous étonner de la démarche « des médias de sciencespo » qui consiste à relayer et introduire la parole des dirigeants du FN au sein de notre université et plus largement dans le débat public. C’est pourquoi nous appelons tous les etudiant.e.s à s’opposer à la tenue de cette conférence.

Faut-il rappeler que cette parole portée par le FN est raciste, sexiste, homophobe et islamophobe ? 

Si cela ne consistait pas déjà en soi des raisons valides pour s’y opposer, faut-il également rappeler que la stratégie qui consiste à débattre avec le Fn pour freiner ses idées est un échec et un leurre depuis plus de 30 ans ?

Non, le « débat démocratique «  n’est pas un prétexte à la banalisation des interventions des membres du Front National à sciences po comme sur les plateaux télés. 

            Croire que l’on peut faire reculer le Front National en l’invitant à débattre est sans cesse contredit par les faits : alors que les médias déroulent de plus en plus souvent le tapis rouge à Marine Lepen ou Florian Phillipot, le FN augmente son score élection après élection. L’espace des débats n’est pas la sphère idéalisée du débat public où le meilleur l’argument l’emporterait toujours sur les positions démagogiques et fausses.

Inviter le Front national à débattre c’est ainsi surtout le laisser imposer ses problématiques et orienter la teneur des débats, c’est lui permettre de constituer en problème public l’immigration ou l’islam. Les autres partis politiques ne manqueront pas de reprendre ces termes et donc de les légitimer, participant à une droitisation des débats. Ainsi, peut-on voir un Premier ministre se prononcer sur comment les femmes devraient s’habiller à la plage.

Enfin, qui peut se permettre ce luxe de considérer le débat politique comme un simple exercice de joutes oratoires ? Ce n’est surement pas le privilège des premier.e.s concerné.e.s sur le dos de qui ces débats se déroulent. Les femmes musulmanes, agressées lorsqu’elles portent le voile,  les personnes homosexuelles dont on conteste les droits, les femmes à qui l’on veut retirer la capacité à disposer de leur corps en interdisant l’avortement.

Nous n’entendons pas vous laisser débattre de si nous avons une âme.

C’est pourquoi nous le réaffirmons : Il n’y a pas de débat possible avec l’extrême-droite.

            Les idées du FN doivent être combattues, et non débattues : en débattre, c’est déjà participer à sa dédiabolisation. C’est accepter de discuter de propos inacceptables. D’une part, parce que le FN n’apporte pas de « mauvaises réponses à de bonnes questions », mais ne cesse d’œuvrer pour imposer « ses » questions. Il faut cesser de considérer les questions posées par le FN comme de bonnes questions ! D’autre part, parce que les réponses apportées par le FN ne devraient pas avoir le droit de cité.

Le racisme, l’homophobie, le sexisme, l’islamophobie, la haine de l’autre ne sont pas des opinions et ne peuvent être tolérés ni en privé, ni en public !

NON, le FN n’est pas et ne sera jamais un parti comme les autres !

            Depuis 40 ans, le FN véhicule des idées et prône des actes de haine, abritant les anciens d’Ordre Nouveau, les anciens collabos, les nostalgiques de l’Algérie Française et les membres de l’Œuvre Française.

Nous n’oublions pas que Philippot, stratège de la « dédiabolisation » poursuivie par le FN, n’hésite pas non plus à recruter ses hommes de main chez l’élite du Bloc Identitaire. Malgré sa tentative de gagner en respectabilité, le FN reste aujourd’hui la maison-mère de nombreux groupes néo-nazis. Le FN, certes plus discrètement, continue d’entretenir ses liens avec l’extrême-droite radicale. Les liens entre le FN et le GUD ne sont plus à démontrer, et tant Marine le Pen que les dirigeants du FN sont souvent bien entourés : Marine Le Pen avec Serge Ayoub, Philippe Péninque, ancien GUDard et conseiller FN avec Jean-Claude Nataf, ancien d’Occident, du Betar et actuel de la LDJ, cafouillage mal camouflé autour de l’adhésion de Philippe Vardon des Identitaires au FN, recrutement au FN d’Arnaud Menu, rédacteur en chef du site d’ « informations » du Bloc Identitaire (Novopress) évoqué ci-dessus, et on en passe et des meilleures. La liste est longue des preuves que la technique de dé-diabolisation du FN n’est qu’un écran de fumée.

Le FN c’est aussi des mairies. Douze mairies où se multiplient l’usage des armes, la propagande raciste et les mesures anti-pauvres. On peut notamment voir le maire de Béziers, Robert Ménard, instaurer des mesures stigmatisant les chômeurs et leurs enfants en leur interdisant l’accès à la garderie de l’école. Derrière une image d’un parti du peuple se cache alors un parti de privilégiés – n’oublions pas la millionnaire famille des Le Pen dont les plaintes pour fraude fiscale s’accumulent – menant la guerre aux travailleurs. La stratégie militariste et raciste du FN c’est aussi ça : discipliner la société pour empêcher toute mobilisation sociale et ainsi réaliser les rêves les plus fous du monde de la finance comme le propose le programme économique du FN pour 2017 : suppression des 35 heures, coupes budgétaires et augmentation des impôts.

 

FN, HORS DE NOS VIES, HORS DE NOS FACS !

            Nous n’oublions pas. Nous ne pardonnons pas. Nous n’oublions pas que notre camarade Clément est mort le 5 juin 2013 sous les coups d’un membre des Jeunesses Nationalistes Révolutionnaires, ces mêmes JNR qui assurent le service d’ordre rapproché des têtes d’affiche du FN.

Accepter de discuter avec Philippot, c’est cautionner et prendre part à cette stratégie de dédiabolisation. Et voilà que, alors que le racisme se fait décomplexé, que tous les jours, nous assistons à des « dérapages » intolérables, que les agressions contre les femmes voilées continuent. Sciences Po, en invitant Philippot, participe à l’entrée de ses idées haineuses dans le débat politique –idées qui sont ensuite repris par des partis plus « légitimes » dans la voie électorale.

NO PASARAN !

            – Nous appelons donc Le Grand Oral à renoncer à inviter Florian Philippot à sa conférence.

– Nous appelons les autres intervenant.e.s de cette conférence à suspendre leur participation tant que celle de Florian Philippot n’est pas annulée.

Nous appelons les étudiant.e.s, les personnels, à se mobiliser pour empêcher la venue de Florian Philippot à Sciences Po le mardi 22 novembre à 19h et à être présent.e au 27 rue Saint Guillaume. Réunion de préparation lundi 21 novembre à 19h (Péniche). 

 

Publicités

Une réflexion sur “Extrême-droite: Hors de nos vies, hors de facs !

  1. Bravo à vous les jeunes qui réagissaient comme çà, soyez toujours vigilants car ils sont très retors et ce sont vos libertés et votre avenir qui sont en jeu. Une mamie qui apprécie votre comportement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s